CHIPKO ANDOLAN : Les Sentinelles.

En octobre 2020, j’ai participé à une résidence d’artistes dans la réserve naturelle régionale de La Massonne, en Charente-Maritime. Le thème directeur était centré autour des bouleversements climatiques et leurs conséquences sur la biodiversité. A cette occasion, j’ai commencé un cycle de travail où j’ai imaginé une façon de concilier mon médium aux questions environnementales.

Depuis, je souhaite poursuivre cette démarche en proposant de réaliser une série de portraits individuels de défenseurs de l’environnement, portraits en pied de femmes et d’hommes de différentes régions du monde. Pour réaliser ce projet, je me suis également intéressée au mouvement Chipko Andolan qui se traduirait par «le mouvement pot de colle». En 1973 dans un village de l’Uttar Pradesh en Inde, des femmes qui se sont inspirées d’une histoire ancienne datant du 18ème siècle, ont commencé à enlacer les arbres pour lutter contre la destruction de leur forêt. Par cet acte de désobéissance civile, ces femmes ont également permis de révéler leur place essentielle dans la société et dans l’économie rurale.

Quant à mon travail, il se présentera sous une forme hybride, entre le street art et le land art, où j’imagine dessiner des portraits de face, le regard frontal, les bras le long du corps, légèrement écartés comme si les personnes représentées venaient enlacer le tronc des arbres pour les protéger. Les matériaux biodégradables seront privilégiés, par exemple, la toile de lin brut, le fusain et l’argile blanche pour les rehauts de lumière. Les œuvres seront ensuite installées autour des arbres de façon à les envelopper, puis exposées dans différents endroits, aussi bien dans un cadre urbain que rural. Un reportage photographique accompagnera ces installations afin d’en garder une trace et de prolonger la résonance de ces installations éphémères. Les personnes peintes seront bien entendues citées, ainsi que le contexte de leur engagement dans la défense des forêts et plus largement de l’environnement.

Aussi, par ce propos artistique, il s’agit pour moi de sensibiliser le public, de mettre en lumière les défenseurs de l’environnement, vivants ou disparus (parfois assassinés dans certain pays malheureusement), les mouvements de résistances des peuples autochtones, les femmes, leur courage mais aussi chacun d’entre nous qui pouvons jouer notre rôle dans la sauvegarde du vivant.